Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Brevetabilité du Vivant

"De la sélection des graines à la manipulation génétique" deux conférences débat : La première le 18.11.11 aux Tertiales à Valenciennes avec Véronique Chable : La seconde le 01.12.11 à Raismes avec Jean Yves Baziou et trois témoins.

 

 

 

Le VIVIER et le CMR se sont associés pour organiser un cycle de deux conférences le 18 novembre et le 1er décembre 2011.

 

 

  • La première conférence a eu lieu sur le site de l’université des Tertiales de Valenciennes et a réuni une centaine de personnes.
  •  

 

Pour cette première conférence, c’est Véronique Chable Chercheur en génétique à l’INRA de Rennes et moteur dans la promotion des semences paysannes à la sélection participative qui a été invitée.

Elle a su nous captiver sur une question complexe : De la sélection des variétés à la manipulation génétique, le vivant est-il une marchandise et

Pourquoi sauver la biodiversité ?

Véronique Chable nous explique avec beaucoup de pédagogie que son travail a commencé par la collecte de semences paysannes il y a 30 ans.

Aujourd’hui, on redistribue ces semences. « C’est le retour des semences paysannes en même temps que le travail sur les nanotechnologies. »

Cette action est significative d’une évolution récente avec 2 approches :

 

Ø  « Soit on considère la plante dans son ensemble et son environnement.

Ø  soit la plante est un matériel, une marchandise et on travaille dessus. »

Il est ainsi mis en évidence que chaque jour le choix est possible : « soit on soumet le matériel végétal, soit on collabore avec la vie végétale car la vie est un don. »

Véronique Chable nous interpelle sur les choix possibles au cœur d’une actualité brulante .En effet, la loi sur les certificats d'obtention végétale a été adoptée début décembre à l'Assemblée nationale. Pour les semenciers, elle rend ainsi possible la rémunération de l'obtenteur de semences tout en permettant à l'agriculteur de ressemer ses propres semences. Pour d’autres et en particulier le collectif « Semons la biodiversité », qui regroupe la Confédération paysanne et Agri pour l'environnement, ce texte « bafoue un droit ancestral des paysans, entame leur autonomie et représente une entrave à la biodiversité cultivée ».

Pour conclure, Véronique Chable nous laisse ces quelques mots à méditer sans doute :

« Un beau champ, c’est lorsqu’il y a la diversité. La vie est un don, elle est créative. Il y a dans la graine quelque chose de social et de culturel. »

 

 

  • Une belle introduction à notre deuxième soirée à Raismes le 1er décembre avec Jean Yves Baziou, prêtre dans le diocèse de Quimper, Docteur en histoire des religions et anthropologie religieuse.
  •  
  •  

     

    • Jean Yves Baziou nous donne des repères éthiques et bibliques dans cette approche du vivant vers une éco/spiritualité.

     « L’homme peut adopter des postures éthiques par rapport à la nature et au vivant. »

    Par les traditions, les textes socles, leurs spiritualités, et leurs manières d’habiter des espaces,les religions et les églises chrétiennes peuvent apporter leurs contributions et leurs ressources à ce débat .

    Cette conférence met en évidence la concentration des pouvoirs dans les mains de quelques –uns et l’urgence de maitriser ce pouvoir.     

    Pour ouvrir ce débat, trois témoins nous ont présentés des choix possibles :

    Antoine Jean porte parole de la confédération paysanne. « Les paysans ont toujours ressemé leurs propres semences. Ils sont de plus en plus soumis à payer des taxes à des groupes qui font de l’argent et qui puisent leurs ressources sur des semences qui sont à l’état naturel sur la planète. » Christian Housez agriculteur à Habsquon nous présente le projet TOGO « Des jeunes qui se sont ouvert à un avenir en travaillant la terre pour produire les aliments de base de leur alimentation et rester au village. »

    Bernard Delahaye directeur du centre régional des ressources génétiques fait un travail de collecte, d’évaluation, d’identifications et d’observations des anciennes variétés. « Il existe dans notre région un patrimoine génétique très diversifié issus du travail des génération qui nous ont précédé et qu’on doit transmettre aux générations futures. »

     

    Jean Yves Baziou de conclure : « L’homme peut être un danger pour la nature. On reprend conscience qu’on ne peut pas se situer face ou au dessus de la nature des plantes des animaux car nous habitons au milieu d’elle  sur la même planète. »

    L’urgence et d’établir une fraternité avec l’animal, le végétal et le minéral. On doit refaire une alliance au plan naturel. 

     « La nature est une création et un don de dieu : Ne devons nous pas aller vers une éthique de la limite ? »

     

     

    Article publié par cmr • Publié Jeudi 15 décembre 2011 • 4055 visites

    Le temps de l'Eglise

    Nativité de Saint Jean Baptiste — Solennité

    Lectures du jour :

    > Avec Messe Infos

    Actualités de l'Eglise

    La papauté en Avignon fête ses 700 ans
    L'Enclave des Papes va célébrer ses 700 ans. Le cardinal Poupard, prélat français et président...

    Narthex : Un été riche en découvertes artistiques
    La revue numérique Narthex est pensée comme un espace de dialogue entre la société et...

    La cité du vin à Bordeaux
    Le 28 juin 2007, l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la...

    Fête de la musique : A la découverte de la musique liturgique
    Pour la Fête de la musique célébrée ce 21 juin, nous vous proposons de découvrir le...

    Sortie du livre : « Tous utiles, tous acteurs »
    A l’occasion de la sortie du livre : « Tous utiles, tous acteurs »,...

    Haut de page