Prévention du suicide et accompagnement des familles : des chrétiens se mobilisent

Un espace de paroles et d'échanges pour ceux qui vivent de près ou de loin le suicide

Depuis un peu plus d’un an, une équipe diocésaine travaille sur la prévention du suicide et l’accompagnement des familles. Cette démarche a commencé parce que des membres du CMR se questionnaient : Comment pouvons-nous agir pour éviter les suicides dans le milieu agricole en particulier ? Quand une personne se suicide, quelle attitude pouvons nous avoir envers les proches ? Nous nous sentons parfois impuissants, désarmés. Et pourtant, nous avons l’intuition que nous devons agir.

Très vite, des personnes de la pastorale de la santé et de la pastorale de la famille nous ont rejoints. Nous avons commencé par partager sur nos motivations à participer à ce groupe. En général, nous avons été touchés par une histoire ou plusieurs, autour de nous : tentative de suicide, suicide accompli…

Puis nous avons cherché à mieux comprendre le risque suicidaire, avec l’aide de Céline Danloy, psychologue qui travaille avec les personnes toxicomanes et les agriculteurs en difficultés, en Belgique. Elle nous a aidé à avancer, pour sortir d’un sentiment de culpabilité, qui peut nous paralyser. Ce n’est pas de notre faute si une personne se suicide. Elle nous a aussi montré que nous pouvions agir, pour construire et entretenir des liens avec les autres, en particulier les personnes qu’on sent fragiles.

En parallèle, nous avons fait un inventaire des actions associatives et diocésaines qui existent en France, pour la prévention du suicide. Cela nous a donné des idées.

Nous avons eu envie de partager ce que nous avons appris et de proposer à un plus grand nombre de personnes de s’impliquer. Nous avons donc animé 5 soirées similaires, à Raismes, Orchies, Avesnes sur Helpe et Cambrai, intitulées : Face au suicide, tous concernés, entre fin janvier et fin avril. A chaque fois, nous avons écouté des témoignages de personnes qui ont pu agir pour aider une personne qui était en risque suicidaire, ou qui ont dû accompagner les proches d’une personne qui s’était suicidé. Puis nous avons fait appel à personne compétente en psychologie pour qu’elle nous donne des repères. Après un temps d’intériorisation personnel et des échanges en petits groupes, nous avons pu poser des questions aux intervenants. Les soirées se sont finies par un temps de méditation et un pot de l’amitié.

Nous avons été surpris du succès de ces soirées : les gens sont venus nombreux. Ils ont parlé de situations qui les touchent. Ils se sentent concernés. Et certaines personnes sont d’accord pour être informées des suites que nous pourrons donner.

Si vous aussi vous souhaitez nous rejoindre d’une manière ou d’une autre, vous pouvez vous manifester auprès de Sylvie : cmr@cathocambrai.com

Par Elisabeth Saint-Guily

Article publié par cmr • Publié Mercredi 03 avril 2019 • 111 visites

keyboard_arrow_up